Le thème de la prière pour l'unité des chrétiens en cette année 2010 est « ...de tout cela, c'est vous qui êtes les témoins ». Il a été préparé par un groupe œcuménique d'Ecosse constitué par l'association «Action of Churches Together in Scotland» (ACTS) à l'invitation de la Conférence des Evêques catholiques. Il est tiré du chapitre 24 de l'Evangile de Luc, élément principal de la célébration. Ce thème a été choisi par les chrétiens d'Ecosse pour la célébration du centenaire de la Conférence d'Edimbourg. En 1910 les membres de l'assemblée d'Edimbourg entendaient témoigner prophétiquement que la division des chrétiens non seulement affaiblit l'efficacité missionnaire, mais la nature même de l'Eglise corps du Christ et de sa mission.
En cette année 2010 les chrétiens d'Ecosse proposent aux assemblées œcuméniques de
proclamer ce chapitre de Luc dans sa totalité. Ce sera donner toutes les chances à la prédication, à l'action de grâce, à l'intercession et à la célébration de notre envoi comme témoin de l'Evangile, de bien mettre en valeur la résurrection du Christ comme source de la communion ecclésiale, de l'envoi en mission, du lien fondamental entre mission et unité et, par conséquent, de l'engagement toujours à renouveler pour l'unité des chrétiens.
C'est précisément cette exigence réciproque de l'évangélisation et de l'œcuménisme que ces pionniers du mouvement œcuménique au XXe siècle, soulignèrent à Edimbourg avec tant de foi, de force et de clairvoyance.

 

Le contexte œcuménique de l'Ecosse

De 1910 à 2010

Le mouvement œcuménique moderne est né lors de la Conférence d'Edimbourg en 1910. Pourquoi précisément à Edimbourg ? L'Ecosse, d'un point de vue intellectuel et culturel, avait une forte tradition internationale remontant aux missions celtiques. Cette ouverture au monde fut encouragée par les grands théologiens et responsables d'Eglise écossais. A cela vint s'associer au XIXe siècle un souci missionnaire important du protestantisme écossais qui, en plus de l'aspect évangélisateur, visait à une réforme de l'expansion économique de l'Empire britannique. Cet engagement dans la mission incita les Eglises à apporter directement leur soutien à une Conférence missionnaire mondiale, plutôt que d'en laisser le soin aux organismes missionnaires. Enfin, l'Eglise et la société écossaises traversaient une époque de rapides changements qui encouragèrent les Eglises à une plus grande ouverture. En 2000, John Pobee (Ghana) s'est rendu en Ecosse où il a incité les responsables chrétiens à célébrer le centième anniversaire de 1910. Les années suivantes, un cercle de plus en plus vaste de penseurs et d'acteurs de la mission ont reconnu l'immense potentiel de 2010 ; une collaboration dans l'action était donc nécessaire. En 2005, une rencontre internationale s'est tenue à Edimbourg qui a permis d'identifier des thèmes clefs pour la mission au XXIe siècle.
Parmi ceux-ci : les fondements de la mission ; la mission dans un contexte interreligieux ; la mission et ses liens avec la postmodernité et le pouvoir ; les formes d'engagement missionnaire ; la formation théologique ; les communautés chrétiennes contemporaines ; la mission et l'unité et la spiritualité de la mission.
Les manifestations se tiendront du 2 au 6 juin 2010 à Edimbourg, lieu de convergence choisi pour la célébration de cet anniversaire. La coordination d'Edimbourg 2010 est assurée à travers le site internet www.edinburgh2010.org.

Présentation du Mouvement œcuménique en Ecosse.

Les années intermédiaires

De 1940 à aujourd'hui, la situation œcuménique de l'Ecosse s'est développée autour de trois fils directeurs distincts.

La recherche théologique

Il suffit d'évoquer le rapport anglican/presbytérien de 1956 (habituellement appelé Rapport des évêques), les 30 années environ de Conversations multilatérales (1967-1994) dans lesquelles six Eglises d'Ecosse se sont engagées, ou encore l'Initiative des Eglises écossaises pour l'unité des chrétiens (SCIFU - 1996-2003) pour s'apercevoir qu'un grand nombre de thèmes doctrinaux ont été abordés. Cela nous a conduit à une meilleure compréhension de nos différentes traditions et à la découverte croissante qu'entre nos Eglises existe un vaste accord théologique. Le fait que ceci n'ait pas conduit à un processus d'union auquel tous pourraient adhérer, ne dépend pas tant d'un quelconque antagonisme entre les Eglises mais de la prise de conscience que l'unité va au-delà de la création d'un grand projet. Il nous faut pour cela reconnaître que l'unité est possible dans la différence.
La collaboration concrète
Au plan national, les années 1950 ont vu la naissance de deux organisations qui ont été une puissante source de dynamisme et de projets. Au début des années 1960, cet élan s'est concrétisé par la création de la Scottish Churches House (Maison des Eglises écossaises) à Dunblane - un centre de conférences et de retraites, « un lieu géré conjointement par les Eglises, où elles commenceraient à apprendre à grandir ensemble au service de l'Ecosse ». En 1962 a été créé le Scottish Churches Council (Conseil des Eglises écossaises), constitué en majorité 31 d'Eglises non catholiques et d'un certain nombre de groupes et d'organisations œcuméniques.
Un grand nombre d'activités ont alors été lancées au plan national - par exemple les cours de Carême, l'action auprès des jeunes, le travail missionnaire dans la société - ce qui a entraîné un peu partout en Ecosse l'apparition rapide de conseils d'Eglises locaux qui ont entrepris de collaborer dans la prière et l'action communes. En 1986, un cours de Carême organisé dans tout le Royaume-Uni a été le catalyseur qui a fait naître de nouveaux « instruments d'unité » parmi lesquels figurait pour la première fois l'Eglise catholique. C'est ainsi qu'Action for Churches Together in Scotland (Engagement commun des Eglises en Ecosse) (en anglais ACTS) a été créé en 1990.

La voix prophétique

Le troisième fil directeur est celui que les Eglises ont le plus de difficulté à intégrer dans leur vie. Pourtant, sans lui, l'œcuménisme perdrait son caractère incisif. Tandis que les Eglises se rapprochaient les unes des autres, l'œcuménisme eut une dimension prophétique. Dans le travail de Christian Aid se reflétaient l'expression concrète de la compassion pour les affamés de ce monde, mais aussi les paroles prophétiques de protestation en faveur de la justice dans le monde. La Communauté d'Iona, toujours fortement engagée dans l'œcuménisme, n'a pourtant pas hésité à défier ouvertement les Eglises et le monde au sujet de leur désunion et de l'injustice.
Certains moments ont été ressentis comme prophétiques, par exemple en 1982 où, lors de sa visite en Ecosse, le Pape Jean-Paul II déclarait : « Faisons ensemble ce pèlerinage, main dans la main ».
Ces dernières années, l'œcuménisme a élargi son champ d'action au contexte interreligieux et au témoignage chrétien dans une société toujours plus sécularisée et multiculturelle. L'expérience œcuménique en Ecosse nous a montré que pour répondre à ce défi, ces trois fils directeurs doivent être maintenus ensemble. Nous ne pouvons faire un choix parmi eux car ce n'est que lorsqu'ils interagissent entre eux que nous pouvons alors parler de théologie, de collaboration et de la voix prophétique qui est au cœur du projet œcuménique.
Les tartans sont l'un des trésors de l'Écosse. La coutume veut que chaque modèle corresponde à un « clan » ou à une famille particulière mais les tartans bénéficient d'une tradition vivante, et de nombreux modèles continuent à être dessinés pour différents objectifs et organisations. Ils possèdent une couleur de base sur laquelle sont appliquées des rayures horizontales et verticales. Notre couleur de base est donc ici le texte ci-dessus qui offre un tour d'horizon général de la situation œcuménique en Ecosse. Dans les paragraphes qui suivent, nous présentons un certain nombre de rayures horizontales et verticales qui permettront de se faire une idée certes non exhaustive de la façon dont les Eglises s'engagent les unes envers les autres et plus généralement avec la société.

Rayures horizontales : la recherche de l'unité entre les Eglises

Commission doctrinale mixte de l'Eglise d'Ecosse et de l'Eglise catholique
Ce dialogue bilatéral s'est avéré riche en bénédictions. Le plus récent document qu'il a publié, « Baptême : catholique et réformé », offre une synthèse des progrès réalisés dans la compréhension du baptême commun mais il invite également à poursuivre la réflexion sur les implications pour la mission de l'Eglise aujourd'hui. La commission mixte est un exemple positif de dialogue théologique œcuménique et elle montre à la fois des personnes et des institutions vraiment prêtes à s'écouter mutuellement. Cette commission mixte étudie à l'heure actuelle la question de la guérison des mémoires ainsi que la doctrine de la sanctification.

La rayure EMU

Après l'arrêt de l'Initiative des Eglises écossaises pour l'Union, trois confessions se sont
engagées à rechercher des méthodes leur permettant de travailler, de servir et de témoigner ensemble. Ainsi ont débuté les conversations de l'EMU. Deux fois par an, des représentants de l'Église Episcopale Ecossaise, de l'Eglise Méthodiste et de l'Eglise Réformée Unie se rencontrent pour trouver des manières de réaliser ensemble au plan national et local les actions qu'il n'est pas nécessaire d'entreprendre séparément. Ils se réjouissent lorsque des responsables s'interrogent et trouvent des moyens qui font grandir la coopération, par exemple dans le domaine de l'éduction et de la formation. L'EMU constitue un réseau de relations récent et dynamique possédant un fort potentiel.

Développer les relations avec des minorités ethniques chrétiennes

En 2007 les Eglises d'Ecosse ont célébré le Bicentenaire de l'abolition de l'esclavage. Cet
événement a servi de catalyseur dans le développement de relations plus étroites entre les Eglises traditionnelles et les minorités ethniques chrétiennes aujourd'hui en nombre croissant en Ecosse. Le Scottish Churches Racial Justice Group (Groupe des Eglises écossaises pour la justice raciale) compte à présent des représentants d'Eglises d'Afrique et de Communautés chrétiennes d'Asie. Les minorités ethniques chrétiennes ont elles-mêmes formé un organisme visant à développer les relations entre elles, avec les Eglises traditionnelles et avec ACTS.

Rayures verticales : Les Eglises s'engagent dans la société écossaise

Les Eglises et le Parlement
Le Bureau parlementaire des Eglises écossaises (en anglais SCPO) est le fruit de l'engagement des Eglises dans le processus qui a conduit à la création du Parlement écossais. Ayant compris qu'elles pouvaient travailler ensemble sur ce sujet, les Eglises ont constitué le SCPO pour pouvoir s'engager le plus efficacement possible avec le Parlement et le Gouvernement écossais- non pas pour établir une ligne de parti mais pour assurer qu'un échange a lieu et que la voix des Eglises est entendue. Il est clair que nous gagnons en efficacité lorsque nous pouvons parler d'une seule voix de notre vision du bien commun en Ecosse mais là où nos voix diffèrent, nous sommes honnêtes et nous nous exprimons ouvertement.

Les Eglises et la « Conversation nationale »

Des leaders/représentants de douze Eglises d'Ecosse ont accepté l'invitation du Gouvernement écossais à participer à une « conversation nationale » sur les choix à faire pour l'avenir de l'Ecosse. Le groupe a publié la déclaration suivante :
« Nous reconnaissons que l'Eglise est en marche, comme l'est notre nation ; tous, nous ferons tout notre possible pour arriver au stade que nous sentons devoir atteindre. Cependant nous désirons que notre vie commune en Ecosse, en tant qu'Eglise mais aussi en tant que nation et communautés, ait lieu dans le respect de certaines valeurs chrétiennes.
Nous aspirons à :
· une nation modelée par les principes de l'amour de Dieu et de tous les êtres humains ;
· une nation promotrice de la dignité et de la justice pour tous ;
· une nation encourageant à la fidélité dans les relations personnelles et communautaires;
· une nation solidaire, qui ait le souci des plus faibles et des laissés pour compte ;
· une société dans laquelle la voix de chacun peut être entendue ;
· un peuple moins concerné par son propre bien-être que par celui des autres ;
· une nation s'efforçant de rechercher l'excellence et dans laquelle chacun peut connaître
la vie dans toute sa plénitude ;
· une nation se réjouissant de la remarquable contribution de ceux qui sont en train de
bâtir la nouvelle Ecosse ;
· un état qui se fasse promoteur du bien-être de tous ses citoyens sans outrepasser les
limites de son autorité.
Pour nous, ces valeurs sont enracinées en Jésus Christ et ont clairement marqué l'Ecosse tout au long de son histoire ; là où ces valeurs sont vécues et pratiquées, nous remarquons qu'elles trouvent une résonance chez les fidèles d'autres religions et les personnes sans religion.

Pasteurs de rue

La mission des Pasteurs de rue est une initiative qui existe maintenant dans toute l'Ecosse. Des équipes de Pasteurs de rue des Eglises locales, bénévoles et spécialement formés à effet, sont disponibles jusqu'à tard dans la nuit dans les centres-villes pour conseiller et offrir un soutien concret à tous ceux qui passent. « Nous voulons aller à la rencontre des gens, parler avec eux et nous engager vis-à-vis d'eux à travers une écoute, un soutien et une aide concrète. Cela peut signifier accompagner une jeune-fille seule jusqu'à un arrêt de taxi de nuit, rassurer quelqu'un qui se sent menacé ou écouter ceux qui ont besoin de savoir que quelqu'un s'intéresse à eux » déclare James Duce de la City Church d'Aberdeen, première ville écossaise à lancer le programme des Pasteurs de rue.

la paroisse sur le site du diocese

QUETE POUR LA PAROISSE

Newsletter

POUR RECEVOIR LA FEUILLE PAROISSIALE DES SA PARUTION

MESSAGERIE

Catho 80

Eglise de France